Ρωμαϊκὴ ταυτότητα, ἑλληνικὴ ταυτότητα (ΙΓ΄-ΙΕ΄ αἰ.)

 
This item is provided by the institution :
Institute of Historical Research (IHR/NHRF)
Repository :
Byzantina Symmeikta  | ΕΚΤ eJournals
see the original item page
in the repository's web site and access all digital files if the item*
share




1987 (EN)
Ρωμαϊκὴ ταυτότητα, ἑλληνικὴ ταυτότητα (ΙΓ΄-ΙΕ΄ αἰ.) (EL)
Ρωμαϊκὴ ταυτότητα, ἑλληνικὴ ταυτότητα (ΙΓ΄-ΙΕ΄ αἰ.) (EN)

ΜΑΥΡΟΜΜΑΤΗΣ, Λεωνίδας

  L. MavrommatisIdentité romaine, identité hellène (XIII-XIV s.) L'étude des sources montre que les Byzantins revendiquaient l'identité romaine. Cette conception fut contestée par la Chrétienté Occidentale qui avait besoin de cette arme idéologique qu'offrait un lien direct avec l'ancien empire romain. Les Occidentaux imposaient aux Romains l'identité de Graeci/Γραικοί mais les intéressés ressentaient cette dénomination péjorative et humiliante car elle sousetendait leur soumission à l'hégémonisme du Saint-Siège et aux aspirations de l'Europe occidentale.La perte du caractère multi-ethnique de l'empire offra, surtout à la classe dominante, une homogénéité axée sur trois éléments indivisibles: l'Orthodoxie, la langue hellène et le passé commun. Durant des derniers siècles de la vie de l'empire, les Romains n'hésitaient pas à employer le terme Ἕλληνες sans pour autant renoncer à l'identité romaine. Il s'agit d'un phénomène d'osmose entre les deux concepts, résultat d'une fermentation permanente due à la réalité quotidienne. Les trois éléments énoncés (langue, culture, passé) étaient des points de référence stables et omniprésents. (EL)
  L. MavrommatisIdentité romaine, identité hellène (XIII-XIV s.) L'étude des sources montre que les Byzantins revendiquaient l'identité romaine. Cette conception fut contestée par la Chrétienté Occidentale qui avait besoin de cette arme idéologique qu'offrait un lien direct avec l'ancien empire romain. Les Occidentaux imposaient aux Romains l'identité de Graeci/Γραικοί mais les intéressés ressentaient cette dénomination péjorative et humiliante car elle sousetendait leur soumission à l'hégémonisme du Saint-Siège et aux aspirations de l'Europe occidentale.La perte du caractère multi-ethnique de l'empire offra, surtout à la classe dominante, une homogénéité axée sur trois éléments indivisibles: l'Orthodoxie, la langue hellène et le passé commun. Durant des derniers siècles de la vie de l'empire, les Romains n'hésitaient pas à employer le terme Ἕλληνες sans pour autant renoncer à l'identité romaine. Il s'agit d'un phénomène d'osmose entre les deux concepts, résultat d'une fermentation permanente due à la réalité quotidienne. Les trois éléments énoncés (langue, culture, passé) étaient des points de référence stables et omniprésents. (EN)

info:eu-repo/semantics/article
info:eu-repo/semantics/publishedVersion
Ιστορική έρευνα (EN)

Ρωμαϊκή ταυτότητα (EN)
Ελληνική ταυτότητα (EN)

Ινστιτούτο Ιστορικών Ερευνών/ΕΙΕ (EL)
Institute of Historical Research (IHR/NHRF) (EN)

Βυζαντινά Σύμμεικτα

Greek

1987-09-29


Ινστιτούτο Ιστορικών Ερευνών (ΙΙΕ/ΕΙΕ) / Institute of Historical Research (IHR/NHRF) (EN)

1791-4884
1105-1639
Βυζαντινά Σύμμεικτα; SYMMEIKTA 7; 183-191 (EL)
Byzantina Symmeikta; SYMMEIKTA 7; 183-191 (EN)

Copyright (c) 2014 Λεωνίδας ΜΑΥΡΟΜΜΑΤΗΣ (EN)



*Institutions are responsible for keeping their URLs functional (digital file, item page in repository site)