N. Kazantzakis traducteur de Platon: La psyché traductive, l’éclectisme de Victor Cousin et l’annonce de la poétique postérieure

 
This item is provided by the institution :

Repository :
Comparison  | ΕΚΤ eJournals
see the original item page
in the repository's web site and access all digital files if the item*
share




2013 (EN)
Ο Καζαντζάκης μεταφραστής του Πλάτωνα: Το αυτοείδωλο, ο εκλεκτικισμός του Victor Cousin και η προεξαγγελία της μεταγενέστερης ποιητικής. (EL)
N. Kazantzakis traducteur de Platon: La psyché traductive, l’éclectisme de Victor Cousin et l’annonce de la poétique postérieure (EN)

Ζερβού, Αλεξάνδρα

Δε διατίθεται περίληψη στα ελληνικά (EL)
En 1912 Nikos Kazantzakis traduit en grec moderne les dialogues platoniciens censés “mineurs” ou parfois d’ une authenticité contestée comme ION, ALCIBIADE, MINOS etc. pour «La Bibliothèque des Auteurs Anciens» de la Maison d’ édition de J. D. Fexis. Ce travail de jeunesse, effectué sous un rythme acceléré à cause de la pression financière, d’ une spontanéité fervente, permet-il peut-être de décoder une sorte d’ esquisse latente de la poétique postérieure de l’écrivain Crétois; on y discerne l’admirateur de Platon, fidèle mais pas exclusif, le lecteur suffisant des classiques, ainsi que l’ auteurphilosopheaux idées parfois contradictoires, puisées aux sources différentes. Comme traducteur Kazantzakis regarde le texte-source par une sorte de complaisance narcissique juste pour contempler son propre visage : il s’ agit d’une sorte de psyché traductive ou d’ un «auto-idole», c’est-à-dire d’ une manière à traduire personnelle qui sera spectaculairement déployée quarante ans plus tard, pendant la tâche colossale de la traduction d’ Homère avec la collaboration de l’ homériste éminent I. Th. Kakridis. La lecture de traductions platoniciennes révèle aussi la conception tout à fait personnelle de Kazantzakis sur la relation unique et réciproque entre deux esprits exceptionnels comme par exemple entre Socrate et Alcibiade ou entre le rhapsode et le poète épique; bien que vivement différenciée du persiflage de poètes et de commentateurs qui empreigne le texte d’ «Ion», cette conception annonce déjà les textes de la maturité de Kazantzakis comme le roman «Lettre au Gréco; Bilan d’ une vie» ou la pièce théâtrale «Kouros». Il ne faut pas aussi négliger que Kazantzakis a été décisivement aidé parla traduction française du philosophe éclectique Victor Cousin: dans l’introduction bien courte de la traduction d’ «Alcibiade» il y insère la lecture du professeur français d’ un Platon presque éclectique qui «joue avec des idées opposées». Bien que vivement éloignée de la réalité, cette réception dévoile la manière par la quelle Kazantzakis invente, par l’intermédiaire de Cousin, un Platon à sa propre image,un penseur non dogmatique à l’esprit presque contradictoire. Cette réception de Platon réalisée à travers la traduction française, âgée déjà de soixante ans à l’époque, annonce déjà et semble a priorijustifier les incohérences et les contradictions dans la vie et l’oeuvre de l’auteur Crétois . (EN)

info:eu-repo/semantics/article
info:eu-repo/semantics/publishedVersion

Ελληνική Εταιρεία Γενικής και Συγκριτικής Γραμματολογίας (EL)
Greek General and Comparative Literature Association (EN)

Σύγκριση

Greek

2013-02-01


Ελληνική Εταιρεία Γενικής και Συγκριτικής Γραμματολογίας (GCLA) (EL)

1105-1361
2241-1941
Σύγκριση; Vol 23 (2013); 99-115 (EL)
Comparison; Vol 23 (2013); 99-115 (EN)



*Institutions are responsible for keeping their URLs functional (digital file, item page in repository site)