Η Μονή του Αγίου Χαρίτωνος στη Σύλλη του Ικονίου: (Ένας διάλογος Ορθοδοξίας - Ισλάμ στον 13ο αιώνα)

 
Το τεκμήριο παρέχεται από τον φορέα :

Αποθετήριο :
Δελτίο Κέντρου Μικρασιατικών Σπουδών  | ΕΚΤ eJournals
δείτε την πρωτότυπη σελίδα τεκμηρίου
στον ιστότοπο του αποθετηρίου του φορέα για περισσότερες πληροφορίες και για να δείτε όλα τα ψηφιακά αρχεία του τεκμηρίου*
κοινοποιήστε το τεκμήριο



Η Μονή του Αγίου Χαρίτωνος στη Σύλλη του Ικονίου: (Ένας διάλογος Ορθοδοξίας - Ισλάμ στον 13ο αιώνα) (EL)
Le monastere de Saint Chariton (Ak-Manastir) de Sylli a Iconion (EN)

Σαλκιτζόγλου, Τάκης Α.

Le monastere de Saint Chariton est situe pres de Sylli (ou Sille), ancien village byzantin de l’Asie Mineure qui se trouve a une distance de 8 klm de Konia (Ikonion). Bati probablement pendant le 9eme siecle il est creuse dans les rochers escarpes de la montagne de Saint Philippe (Tekeli Dag). Il etait le lieu de culte le plus important des habitants Grecs de la region jusqu’a leur deportation a 1924, d'apres la Convention de Lausanne. Le paysage etait saisissant et le monastere, pareil aux eglises rupestres de Cappadoce et appel le par les Turcs Ak-Manastir, fut partie du patrimoine chretien. Ce monastere tenait une place preponderante dans l’histoire de la region et il est devenu legendaire. A l’interieur de l'eglise principale, dediee a Panaghia Spileotissa (le Katholicon), et aussi dans la cour du couvent il y avait un nombre d’inscriptions tumulaires ou de plaques commemoratives des divers evenements rattaches a l’histoire de la region. Parmi ces inscriptions, toutes gravees en grec ancien, on constate une qui temoignait l’enterrement d'un prince de la fameuse famille imperiale des Comnenes, qui avait regne a Constantinople et aussi aTrebizonde. Cette inscription a provoque l’interet des epigraphologues a cause des problemes d'explication, que son dechiffrage posait. Quant aux fresques de l'eglise, malgre qu'ils ne sont pas sauves, on peut se referer a leur description assez detaillee grace a un erudit du 19eme siecle. Mais ce qui est reste a la legende locale c ’est le dialogue commence au 13eme siecle entre le renomme Mevlana Celal-el-din Roumi (fondateur de l'ordre des Mevlevi-derviches, qui sont jusqu’a nos jours connus comme derviches-tourneurs) et le pere superieur, l’hegumene, du couvent chretien.C’etait un dialogue theologique et philosophique, qui continua jusqu'au milieu du 19eme siecle. Chaque annee une delegation des derviches musulmans de Konia, avec leur celebi en tete, montait sur le rocher apportant des cadeaux symboliques et passait une nuit dans une petite mosquee construite a cette fin dans la cour du couvent. Selon l ’ambiance theologique et philosophique de l’epoque on peut deviner le cadre et les themes, sur lesquels les deux hommes erudits (l’hegumene du couvent chretien et le celebi musulman), discutaient. Dans les cercles chretiens dominait le courant mystique de quietisme (hesychasec), tandis qu'aux Musulmans s ’epanouit le soufisme, dont Celal-el-din Rotimi, grand mysticiste et poete celebre, etait le principal representant. Ces discussions des deux peres spirituels, qui visaient a l'union complete et durable avec le divin uniquement par la voie de contemplation et l’extase et non pas par la raison, constituaient un dialogue entre les deux religions. Un dialogue qui continua jusqu’au 19eme siecle par leurs successeurs et qui etait domine par deux courants paralleles, le neoplatonisme chretien et le mysticisme islamique. Le monastere de St Chariton est reste donc dans la tradition locale sous le nom de Eflatoun-tekesi, c'est-a-dire le monastere de Platon, a cause de sa renommee philosophique qui l’entourait. Ce dialogue spirituel ainsi que les relations amicales entre les deux couvents, le teke musulman et le monastere chretien, pourraient dissimuler un effort de proselytisme de la part des representants du teke. Mais le couvent de St Chariton a pu resister a ce zele de convertissement des chretiens, cache sous l’apparence de l’unite de toutes les religions. Les habitants du village grec de Sylli ont aussi pu resister au zele des derviches du teke de Konia et ils ont conserve leur foi et leur langue maternelle. (EN)

info:eu-repo/semantics/article
info:eu-repo/semantics/publishedVersion

Ιστορία & Αρχαιολογία (EL)
History and Archaeology (EN)


Δελτίο Κέντρου Μικρασιατικών Σπουδών

Ελληνική γλώσσα

2009-10-01


Κέντρο Μικρασιατικών Σπουδών - Centre for Asia Minor Studies (EL)

1105-0322
2459-2579
Δελτίο Κέντρου Μικρασιατικών Σπουδών; Vol 16 (2009); 119-164 (EL)
Bulletin of the Centre for Asia Minor Studies; Vol 16 (2009); 119-164 (EN)

Copyright (c) 2015 Τάκης Α. Σαλκιτζόγλου (EN)



*Η εύρυθμη και αδιάλειπτη λειτουργία των διαδικτυακών διευθύνσεων των συλλογών (ψηφιακό αρχείο, καρτέλα τεκμηρίου στο αποθετήριο) είναι αποκλειστική ευθύνη των αντίστοιχων Φορέων περιεχομένου.